dimanche 13 décembre 2020

Halte 465

 

 

En spéléo, il existe des trous qui peuvent vous suivre toute votre carrière. Ce n'est pas Bobo qui me contredira, lui qui, échaudé par la découverte du fond du trou Ozer le siècle dernier, avait dans la région trouvé un petit phénomène soufflant dans le poudingue de Malmédy, dénommé Altitude 465, on se demandera pourquoi !

Et voici donc des dizaines d'années que suivant les occasions et opportunités, il y réalise une ou l'autre séances qui ont aboutit au sommet d'une fissure au fort courant d'air. Et ce au prix de nombreux aménagements dont il a le secret et digne des travaux miniers. C'est que c'est un têtu. Souvent seul, ou enrôlant sa progéniture, il est parfois assez persuasif pour se faire accompagner par un spéléo curieux de voir cette cavité qui il faut l'avouer à un certain potentiel.

Après une sortie tout début 2020, et une autre en cours d'année (mention sur la page Facebook du 20 juin), il tenait à s'assurer que toute l'infrastructure était toujours en état.  Son désir était aussi de ressortir un tas de déblais accumulés en bas (à tout cassé -10) et qui empêchait de poursuivre la désobtruction en cours, ce qui idéalement devrait mobiliser 4 ou 5 personnes.

Les restrictions liées au Covid faisaient que ce petit objectif, mené en comité restreint, restait raisonnable dans les circonstances actuelles.

Colin, résident dans le coin, curieux de voir ça, s'est facilement laissé convaincre d'y descendre. Thomas, en mal de ballade, était de la partie aussi. (mais pas folle la guêpe, avec pour seul matos son casque et ses gants pour n'agir que de la surface :-). Mais aussi son appareil photo qu'il a utilisé à merveille !

Les instructions données à notre jeune ami pour qu'il commence a évacuer les gravats et ciment de poudingue bien gras, bien lourds, à eux deux dans le trou et avec Thomas en surface, ils ont ainsi sorti courageusement  une bonne douzaine de bacs. Au grand contentement de Bobo, ravi de cette collaboration efficace.

 

 

 

Tous sont évidemment impatients maintenant de reprendre la progression vers l'inconnu qui se laisse désirer. Faut dire que le poudingue est une roche très difficile à attaquer, on la grignote cm par cm.

Mais cela étant, il faudra attendre le printemps prochain pour reprendre la pointe, car deux boules de poils ont décidé d'occuper les lieux cet hiver. Pas encore endormies mais ça ne saurait tarder. Donc, on les laissera tranquille. D'où le titre de ce CR ;-)

@Thomas Conserva
 


 

Rapport Bobo- texte JCL- photos Thom@s Conserv@

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Salut,
Une remarque, un encouragement, une suggestion, voici l'occasion de vous exprimer sur cette page.
Jack