jeudi 22 avril 2021

A défaut de Secheval, Grandchamps

Aywaille, samedi 174 avril 2021. Comme c'est devenu une habitude, nous nous sommes dispersés sur différents sites pour s'en tenir aux restrictions et ainsi éviter d'être en surnombre.

Le premier binome, qui finira à trois (Robs, Ced et Tom) se rende sur le chantier Dainef pour fignoler le rail de sortie du "téléphérique" et règler quelques détails pour le rendre encore plus efficace. Si même ce chantier ne devait pas aboutir, on pourra toujours se vanter d'avoir réaliser une vraie œuvre d'art contemporaine. A suivre maintenant avec la mise en pratique et donc des bras pour remplir et tirer les bacs. Combien, ça personne ne le sait....

Le deuxième binôme, Pauline et Jack, est lui sur l'autre gros système de la région, le Vallon des Chantoires. Ca fait une bonne semaine que la météo est sèche, alors on repense naturellement à Secheval où nous avions pu la semaine avant rejoindre le fond et l'aménager pour une reprise en bonne et dûe forme. Mais seulement, le ruisseau coule toujours et la cascade d'entrée aussi, ce qui n'augure rien de bon. Pour la forme, on dégage la grille et passons le premier ressaut pour constater que l'eau (une petite dizaine de litres/secondes) emprunte les deux voies, et donc qu'il est inutile d'aller plus loin, le siphon du ballon sera d'office en charge. Et avant qu'il ne s'assèche à nouveau, il faudra certainement patienter  quelques semaines :-(

 Un peu court comme sortie, alors me vient l'idée de pousser vers Grandchamps  et aller jeter un œil sur l'actif, des fois que l'hiver aurait apporter quelques changements mais avant tout visiter si possible le réseau Nord fossile. J'ai dû le faire dans le temps avec le CRSL dont c'était le cheval de bataille, mais je n'en ai plus aucun souvenir. Yves D. m'avait dit que l'accès direct dès l'entrée devrait être réouvert car obstrué. Raison supplémentaire pour y passer l'après midi.

Une fois sur place, nous constatons que quelqu'un (probablement Marc D. du CRSL ?) aura fait le minimum pour que ça passe. Mais tant qu'à faire, on améliore le travail en sortant en "boquets" une dalle coincée de là. L'occasion aussi d'une petite initiation à la ""chose" pour Pauline car il faut penser à la relève !

Derrière ça, il y a un P4 à équiper sur une seule broche, pas super bien mise d'ailleurs, qui mériterait d'être doublée avec une petite MC tant qu'à faire car le ton est donné direct, il y a eu du passage et tous les obstacles du réseau sont bien patinés, notamment le pas qui suit, dit "l'oppo", mais aussi le R au delà. S'il fallait aller y travailler régulièrement avec du matos, de l'aménagement s'imposerait. D'autant que la boue rend d'autres difficultés à franchir craignos. J'en ferai d'ailleurs les frais au retour. Au bout du réseau, à la descente d'un ressaut bien glaiseux qui mériterait une nouille, j'ai glissé lourdement... Les côtes en ont fait les frais (froissées pour finir...), du coup je n'en menais pas large pour repasser la "boite aux lettres" qui, tordue comme elle est, à dû en arrêter plus d'un ! Comme me le faisait remarquer Pauline, ça passe "limite"....

 

Avec tout ça, on n'aura pas pris le temps de jeter un œil dans la galerie qui part au SW et qui se termine par un bouchon d'argile. Mais il semble y avoir un P6 et un P9 à franchir et rééquiper probablement ? Ce sera pour une autre fois..

Malgré cette mésaventure douloureuse, sur notre lancée, nous repassons directement  dans l'actif via le second accès au réseau fossile, à savoir une autre longue étroiture horizontale. Le ruisseau coule bien ici aussi mais moins qu'à Secheval. Avec seulement qq litres/sec, il ne va pas jusqu'àu "S" mais continue tout droit à -17 sur la topo. On voit sur quelques mètres puis ça semble devenir impénétrable. Quand à l'accès au réseau Felix Arcaute, il est toujours bien bouché, c'eut été trop beau. 

Le plan "B" en cours d'élaboration avec un collectif de gratteurs locaux a plus que jamais tout son sens. A cette occasion, une petite séance d'élagage dans la doline me semble indispensable avant que troncs et branches ne viennent obstruer l'entrée et finir par entrer sous terre. Le site, joyau de la région, sera d'autant plus beau.

CR JCL




mercredi 7 avril 2021

Croix d'Argile

Samedi 20 mars 2021. C'était officiellement le premier jour du printemps. Et un beau soleil était de la partie. Alors, encore(ona) et toujours à la recherche d'une activité respectant au mieux les mesures sanitaires, nous sommes une fois de plus restés dans notre fief aqualien en organisant une petite séance d'entrainement en extérieur, sans dépasser le nombre maximum de participants préconisé.

Initialement, l'idée était d'aller à Ste Anne mais nul doute que le site serait fréquenté par les grimpeurs, donc mauvaise idée, fallait trouver autre chose.. Alors, pourquoi pas innové et retourner sur le  petit site rocheux perdu dans les bois des ruines du Vieux Jardin à Dieupart.. Là se trouve un ancien chantier CASA, initialement dénommé PXX (le n° de me revient pas), rebaptisé ensuite "Croix d'Argile" pour une raison probablement liée à la désobstruction effectuée mais j'ignore les détails . Car de fait, nos anciens ont vidé entièrement un puits  vertical dans un joint de strate sur une vingtaine de mètres de profondeur, persuadés qu'il y a là dessous un petit système karstique, ce qui semble indénialble, vu ne fusse que la présence de la grotte du Laboratoire. Nous l'avions revu d nuit lors de notre petit parcours d'orientation speleo "spécial boudin de Noël" et je m'étais dit que le trou mais aussi la petite falaise au pied de laquelle il se trouve se prêtait très bien pour y faire de l'initiation aux techniques verticales.

 

Et c'est donc sac au dos chargé de tout ce qu'il faut pour l"exploration" que nous avons entamé la marche d'approche au départ de la grotte du docteur Thiry. Un bon quart d'heures plus tard, nous étions sur place, bien planqués dans ce qui à l'époque a dû être une mini carrière.

Première tâche en arrivant, faire un peu le ménage dans les broussailles qui ont envahit les lieux mais aussi rassembler la ferraille laissée sur place par nos prédécesseurs qui avait mis les moyens pour faire aboutir leurs travaux. Mais devant l'ampleur de la tâche, nous optons pour en rester là et remettre ça à une future opération ciblée sur le nettoyage.


Tandis que Robs commence à équiper quelques fractios  sur le rocher, Jack rééquipe le puits aux standards actuels.L'occasion de retrouver les gestes qu'ont a plus pratiqué depuis quelques mois... Il sera suivi par Tom et Ced qui retireront cables électriques et autres gadgets rouillés qui n'ont plus à être là. Auré suivra pour déséquiper tandis que Jack poursuivra l'équipement de MC et petit rappel en extérieur, ce qui permettra un petit parcours qui pourra être ludique le jour où on voudrait encadrer des débutants.Rien d'exceptionnel, ni d'aérien mais juste ce qu'il faut pour apprendre, pratiquer les gestes techniques, ou encore régler sont matos perso. Question de se faire les doigts, Pauline s'est même offert le luxe de gratonner une petite voie improvisée, assurée en moulinette.Et tout ça dans un cadre vraiment bucolique, en bénéficiant d'une paix royale.

  

 

Avec une petite flambée pour se faire cuire une saucisse, une Elfique pour la soif et même la visite de la petite fille d'Alphonse Doemen, nous avons ainsi vécu l'espace de quelques heures hors du temps.

 

CR JCL